TOUT SUR LA GROSSESSE

Publié par Robert PILATO le

Guide pratique de la grossesse.

 

La grossesse peut être une expérience merveilleuse, mais c’est aussi une période d’incertitudes.

Les transformations qu’elle provoque soulèvent chez la plupart des femmes de nombreuses questions et inquiétudes. Les conseils viennent de toutes parts. Il est important d’obtenir des renseignements justes qui vous aideront à faire les bons choix et à prendre bien soin de vous avant, pendant et après votre grossesse.

 

Dans la première partie de ce guide, vous trouverez des données importantes, des conseils et des réponses aux questions sur une grossesse en santé.

 

Voici les sujets abordés :

 

  • La nutrition prénatale
  • L'acide folique
  • La consommation d’alcool durant la grossesse
  • L’activité physique durant la grossesse
  • Le tabagisme durant la grossesse
  • La santé buccodentaire
  • La santé émotionnelle

 

La seconde partie du guide comporte un calendrier de dix mois que vous pouvez personnaliser pour vous aider à suivre l’évolution de votre grossesse. Chaque mois présente des faits intéressants, des renseignements utiles et des conseils sur une variété de sujets liés à la grossesse.

La grossesse est un grand moment de la vie! Ce guide vous aidera, vous et votre bébé, à vivre cette expérience en santé.

  1. La nutrition prénatale

L’alimentation joue un rôle très important dans une grossesse en santé. Pour vous assurer d’obtenir les vitamines, minéraux et nutriments dont vous et votre enfant à naître avez besoin, vous devez consommer des aliments de diverses sources. En mangeant sainement, vous vous sentirez mieux, vous aurez plus d’énergie et vous parviendrez mieux à contrôler votre poids. Vous contribuerez aussi à la croissance et au développement de votre bébé.

 

 

FAITS IMPORTANTS

Sachez quels sont vos besoins

 

Durant le deuxième et le troisième trimestre de votre grossesse, vous avez besoin de plus de calories pour soutenir la croissance de votre bébé. La plupart des femmes ont alors besoin de deux ou trois portions supplémentaires du Guide alimentaire par jour. Ces portions supplémentaires peuvent être prises en collation ou au moment des repas. Vous pouvez par exemple prendre un fruit ou un yogourt en collation, ou manger une rôtie de plus le matin ou boire un verre de lait de plus au souper.

 

 

Les fruits et les légumes : indispensables !

Les femmes enceintes doivent manger des fruits et des légumes tous les jours. Les légumes et fruits très colorés contiennent une plus grande quantité des vitamines dont vous et votre bébé avez besoin. Vous devriez manger au moins un légume vert foncé et un légume orange par jour. Cuisinez vos fruits et légumes avec peu ou pas de matière grasse, de sucre ou de sel, et optez plus souvent pour les légumes et les fruits que les jus.

 

L’importance des produits céréaliers

Vous devez consommer tous les jours des produits céréaliers comme le pain, le riz et les pâtes. Privilégiez les produits céréaliers à faible teneur en matières grasses, en sucre et en sel, et consommez au moins la moitié de vos produits céréaliers sous forme de « grains entiers ».

 

Le lait et ses substituts : essentiels à la solidité des os

Le lait et les substituts du lait sont nécessaires à la croissance de votre bébé. Privilégiez les produits à faible teneur en matières grasses, qui vous procurent la même qualité de protéines, de calcium et de vitamine D, mais sans les matières grasses et les calories. Buvez tous les jours du lait écrémé ou à 1 % ou 2 % de matières grasses et offrez-vous une variété

de yogourts et de fromages. Si vous ne buvez pas de lait, optez pour des boissons de soya enrichies.

 

Consommez de la viande ou ses substituts

Pour votre propre santé et celle de votre bébé, mangez tous les jours de la viande ou des substituts de viande. Privilégiez les viandes maigres et les substituts de viande — pois et

haricots secs, tofu, lentilles — cuisinés avec peu ou pas de matières grasses et de sel. Le poisson est également excellent pour la santé : vous devriez en consommer toutes

les semaines. Cependant, il peut être compliqué de choisir les bons poissons et les bonnes quantités.

 

 

 

QUESTIONS COURANTES SUR LA NUTRITION PRÉNATALE

Combien de kilos dois-je prendre durant ma grossesse ?

Tout dépend du poids que vous aviez avant de devenir enceinte. Les recommandations suivantes sont basées sur votre indice de masse corporelle (IMC) avant le début de

votre grossesse. L’IMC est une donnée comparative de votre poids par rapport à votre hauteur au carré.

[IMC = poids (kg)/hauteur (m2)].

IMC Prise de poids recommandée

  • Moins de 18,5 12,5 à 18 kg
  • Entre 18,5 et 24,9 11,5 à 16 kg
  • Entre 25,0 et 29,9 7 à 11,5 kg
  • Plus de 30 5 à 9 kg

Si vous portez plus d’un bébé (jumeaux, triplets), il vous faudra prendre plus de poids. Votre médecin pourra vous conseiller à ce sujet.

 

Y a-t-il des aliments à éviter durant ma grossesse ?

Oui. Évitez les aliments suivants, qui pourraient contenir des bactéries néfastes :

‡. poisson et fruits de mer crus, en particulier les crustacés et les mollusques comme les huîtres et les palourdes.

‡. viande, volaille, poisson, fruits de mer pas assez cuits (par exemple, hot dog, charcuteries non séchées, pâtés réfrigérés, viande à tartiner, poissons et fruits de mer fumés et réfrigérés).

‡. tous les aliments contenant des œufs  crus ou partiellement cuits (par exemple, vinaigrette -César maison)

‡. produits laitiers et dérivés non pasteurisés, y compris fromages à pâte molle ou demi ferme comme le brie ou le camembert.

‡. jus non pasteurisés, tel que certains jus de pomme par exemple

‡. germes crus, en particulier germe de luzerne

 

Je dois souvent manger sur le pouce.

Qu’est-ce que je devrais manger ?

Il existe une foule d’aliments sains que vous pouvez manger sur le pouce : légumes prélavés (comme les mini-carottes, le chou-fleur et le brocoli), boîte de raisins secs, bol de fromage cottage ou gobelet de yogourt à faible teneur en matières grasses, jus de légumes ou de fruits, mélanges de randonnée (raisins et autres fruits secs, noix et graines), fromage.

N’oubliez pas de boire beaucoup d’eau !

 

 

  1. L’acide folique

Le cerveau, le crâne et la colonne vertébrale de votre bébé se forment pendant les premières

semaines de grossesse, avant même que vous ne sachiez que vous êtes enceinte ! Pour assurer leur formation normale, vous devez avoir suffisamment d’acide folique.

 

FAITS IMPORTANTS

Qu’est-ce que l’acide folique ?

L’acide folique est l’une des vitamines B essentielles à la croissance de votre bébé. Elle est nécessaire pour le développement normal de la colonne vertébrale, du cerveau et du crâne de votre bébé, en particulier durant les quatre premières semaines de grossesse.

Il est donc important de commencer à prendre des suppléments vitaminiques contenant de l’acide folique avant de devenir enceinte afin de réduire les risques d’anomalies du tube neural.

 

Qu’est-ce qu’une anomalie du tube neural ?

Les anomalies du tube neural (ATN) sont des problèmes congénitaux qui surviennent lorsque le tube neural ne se ferme pas correctement durant les premières semaines de grossesse. Il s’ensuit des anomalies à la colonne vertébrale, au cerveau ou au crâne qui peuvent entraîner la naissance d’un enfant mort-né ou des handicaps à vie. Le tube neural se ferme en début de grossesse, souvent avant que la femme ne se sache enceinte. Le spina bifida est l’ATN la

plus courante.

 

Prenez de l’acide folique tous les jours

Toutes les femmes susceptibles de devenir enceintes devraient prendre tous les jours des multivitamines contenant 0,4 mg d’acide folique. Pour aider à réduire les risques d’ATN, vous devriez commencer à prendre des suppléments vitaminiques au moins trois mois avant de devenir enceinte et poursuivre pendant les trois premiers mois de votre grossesse. Pour savoir quel supplément choisir, consultez un professionnel de la santé.

 

Certaines femmes courent plus de risques d’avoir un bébé avec une ATN

Si vous avez déjà eu des problèmes d’ATN lors d’une grossesse précédente ou avez des antécédents familiaux d’ATN, parlez-en à votre médecin. Il se peut que vous ayez à prendre des doses plus élevées d’acide folique. Si vous faites du diabète, de l’obésité ou de l’épilepsie, les risques d’ATN sont également plus grands. Vous devriez consulter un médecin avant de devenir enceinte.

 

 

Adoptez une alimentation équilibrée

La consommation de suppléments vitaminiques ne diminue en rien l’importance d’adopter une alimentation saine et équilibrée telle que le conseille le Guide alimentaire canadien.

Parmi les bonnes ou excellentes sources d’acide folique (aussi appelé vitamine B9), on retrouve les légumes vert foncé (brocoli, épinards, petits pois et choux de Bruxelles), le

maïs, les pois secs, les lentilles, les oranges et le jus d’orange. Les pains de céréales complètes et les aliments fortifiés d’acide folique offrent aussi un bon apport de cette vitamine.

 

 

 

 

 

QUESTIONS COURANTES SUR L’ACIDE FOLIQUE

Les ATN peuvent-elles être décelées avant la naissance ?

Certaines ATN peuvent être décelées à l’aide d’examens prénatals. Si vous êtes enceinte et souhaitez en apprendre davantage sur le diagnostic prénatal des ATN, discutez avec un professionnel de la santé de la possibilité de faire un examen sanguin prénatal ou une échographie.

Est-il possible de consommer trop d’acide folique ?

Ne dépassez pas la dose quotidienne de supplément vitaminique indiquée sur l’étiquette. Il n’est pas recommandé de consommer plus de 1 mg d’acide folique par jour sans l’avis d’un médecin. De fortes doses de certains produits contenus dans les multivitamines pourraient causer plus de mal que de bien. Ceci est particulièrement vrai pour certaines formes de la vitamine A.

 

 

 

  1. La consommation d’alcool durant la grossesse

La consommation d’alcool et la grossesse ne font pas bon ménage.

 

 

 

FAITS IMPORTANTS

 

Il n’y a pas de quantité d’alcool acceptable ni de bon moment de consommer durant la grossesse

Si vous buvez de l’alcool durant votre grossesse, vous risquez de donner naissance à un bébé atteint de l’ensemble des troubles causés par l’alcoolisation fœtale (ETCAF), aussi appelé syndrome d’alcoolisme fœtal. L’ETCAF désigne un ensemble de handicaps (physiques, sociaux, mentaux et émotionnels) qui peuvent affecter les personnes nées d’une

mère ayant consommé de l’alcool alors qu’elle était enceinte.

L’ETCAF peut inclure des problèmes d’apprentissage ou de comportement, des difficultés à faire des mathématiques, à comprendre, à apprendre par expérience, à prendre

conscience des conséquences de ses actes et à mémoriser.

Votre enfant pourrait avoir des difficultés sur le plan social et dans ses relations avec les autres. Les personnes atteintes de l’ETCAF peuvent être petites et avoir un visage particulier.

Des études ont démontré que des enfants nés de mères n’ayant bu qu’un verre par jour durant leur grossesse pouvaient présenter des problèmes de comportement et/ou d’apprentissage.

 

Personne ne sait quelle quantité d’alcool nuit au développement du bébé. L’alcool que vous consommez se rend rapidement au bébé par le sang. Les conséquences de l’alcool sur le développement du bébé varient selon l’étape de la grossesse, la quantité consommée, les habitudes de consommation et l’état de santé de la femme enceinte. La consommation excessive occasionnelle (d’une grande quantité d’alcool en un court laps de temps) est particulièrement néfaste pour le développement du bébé.

 

QUESTIONS COURANTES SUR LA CONSOMMATION D’ALCOOL DURANT LA GROSSESSE

 

Quels types d’alcool devrais-je éviter ?

Tous ! La bière, le vin, les cocktails, les sodas, les spiritueux (comme le whisky, le gin ou la vodka), les liqueurs et même le cidre contiennent tous de l’alcool néfaste au développement

de votre bébé. Lorsque vous êtes enceinte, il n’y a pas de « bon » alcool.

Y a-t-il des périodes durant la grossesse où il est acceptable de boire de l’alcool ?

Personne n’a pu démontrer qu’il y avait des périodes durant la grossesse où l’on pouvait boire de l’alcool sans risque.

 

Quelle quantité d’alcool provoque l’ETCAF ?

Personne ne peut dire avec certitude la quantité d’alcool qui cause l’ETCAF. Cela signifie qu’il n’y a pas de quantité d’alcool sans risque durant votre grossesse.

 

Peut-on guérir de l’ETCAF ?

Non. Les personnes atteintes de l’ETCAF le sont pour toute la vie. Elles auront souvent besoin de soutien et de services spéciaux, notamment d’éducation spécialisée, de programmes d’adaptation, de tutorat et même de soins à vie.

 

 

 

Le père biologique peut-il être responsable de l’ETCAF ?

Non. L’ETCAF ne peut être causé que par la consommation d’alcool de la mère biologique durant sa grossesse. Toutefois, on sait que les femmes dont le conjoint boit sont plus

susceptibles de boire aussi durant leur grossesse. Les futurs pères ont un rôle important à jouer pour soutenir leur femme dans son choix de ne pas boire.

 

 

  1. L’activité physique durant la grossesse

À une certaine époque, on conseillait aux femmes enceintes d’éviter l’activité physique. Heureusement, les choses ont changé et les experts en médecine considèrent maintenant l’activité physique comme une partie intégrante d’une grossesse en santé.

 

 

 

 

 

FAITS IMPORTANTS

 

Il est fortement conseillé de faire régulièrement de l’activité physique durant la grossesse. Elle :

‡. améliore l’humeur et l’image de soi

‡. vous aide à prendre le poids qu’il faut

‡. vous aide à vous détendre et à réduire le stress

‡. favorise le sommeil

‡. améliore votre tonus musculaire, votre force et votre endurance

‡. vous aide à acquérir une plus grande résistance en vue de l’accouchement

‡. vous permet de récupérer plus rapidement de l’accouchement

‡. vous donne de l’énergie

 

Commencez doucement et augmentez progressivement

Si vous êtes inactive, commencez par des activités douces comme la marche ou la natation. Même cinq minutes par jour peuvent vous aider. Augmentez graduellement votre temps d’activité de façon à atteindre 30 minutes par séance.

Avant de commencer un nouveau programme d’exercices, parlez-en à votre médecin.

 

N’en faites pas trop !

Durant vos activités physiques, vous devriez pouvoir converser normalement. Si vous vous sentez plus fatiguée que d’habitude, reposez-vous et sautez une journée.

 

Rafraîchissez-vous et hydratez-vous

Afin d’éviter les coups de chaleur et la déshydratation, buvez beaucoup d’eau avant, pendant et après votre activité.

Évitez aussi les activités extérieures durant les journées chaudes et humides. Si vous êtes déjà active, cherchez au fil de votre grossesse à modifier votre routine de façon à remplacer les activités à fort impact, comme la course, l’aérobie avec sauts, la randonnée et le tennis.

 

QUESTIONS COURANTES SUR L’ACTIVITÉ PHYSIQUE DURANT LA GROSSESSE

Je n’ai jamais vraiment été active.  Devrais-je commencer pendant ma grossesse ?

L’activité physique peut vous aider à vous sentir mieux et être bénéfique, à vous et à votre enfant à naître. La décision d’être active durant votre grossesse pourrait marquer le début d’un mode de vie plus sain pour vous et votre famille. N’oubliez pas d’en parler à votre médecin avant de commencer et allez-y progressivement.

 

Je fais déjà de l’exercice. Est-ce que je peux continuer pendant que je suis enceinte ?

Si vous vous entraîniez régulièrement avant votre grossesse, continuez en modifiant votre routine au besoin. Votre médecin pourra vous conseiller quant aux changements  à apporter. Assurez-vous surtout d’écouter votre corps au fil des mois et de ne faire que ce qui vous fait du bien.

 

Puis-je soulever des poids et haltères ?

Les poids et haltères sont généralement sans danger, à condition de vous limiter à des charges de légères à moyennes. Les charges lourdes exerceront une tension trop forte sur les muscles et les ligaments. Il est également  important de bien maîtriser votre respiration. Après le quatrième mois de grossesse, les spécialistes conseillent de modifier les exercices qui se pratiquent sur le dos pour les faire sur le côté ou en position debout ou assise.

 

Comment savoir si j’en fais trop ?

Si vous vous sentez très fatiguée et avez envie d’arrêter, c’est  le temps de cesser l’activité. Si la fatigue persiste, prenez une pause d’au moins une journée. Si vous éprouvez l’un des symptômes suivants, appelez votre médecin :

‡. contractions persistantes

‡. saignements vaginaux

‡. intensification des douleurs au dos, au pubis ou à l’abdomen

‡. enflure soudaine des chevilles, des mains ou du visage

‡. étourdissements ou essoufflement

‡. fatigue excessive

‡. difficulté à marcher

‡. changements dans les mouvements habituels du fœtus

‡. enflure, douleur et rougeur à un mollet

 

 

 

 

  1. Le tabagisme durant la grossesse

 

 

 

FAITS IMPORTANTS

 

Si vous fumez, votre bébé reçoit moins d’oxygène et de nutriments

Cette carence peut entraîner une croissance plus lente et une prise de poids moindre de votre bébé durant sa gestation. Or, les bébés de poids inférieur à la moyenne à leur naissance sont plus  vulnérables aux problèmes de santé. Plus vous fumez, plus votre bébé risque des complications périnatales (juste avant, pendant et juste après l’accouchement). Ces risques s’étendent aussi aux bébés exposés à la fumée secondaire.

Lorsque vous fumez ou côtoyez des fumeurs, votre bébé fume aussi. Il est préférable pour vous et votre bébé de vivre dans un environnement sans fumée.

 

 

 

La cigarette expose votre bébé à plus de 4 000 produits chimiques contenus dans la fumée du tabac

Cinquante sont associés au cancer.

 

L’exposition à la fumée du tabac affecte votre enfant pour la vie

Votre enfant pourrait avoir des problèmes d’apprentissage, davantage d’otites et de rhumes, ou encore des troubles respiratoires. L’enfant de faible poids à la naissance risque de présenter des problèmes de santé même à l’âge adulte.

 

 

 

 

Le tabagisme durant la grossesse augmente les risques pour votre propre santé

Vous courez, par exemple, davantage de risque de faire une fausse couche si vous fumez, ou d’avoir des complications au moment de l’accouchement.

 

La fumée secondaire est tout aussi néfaste

La fumée secondaire contient les mêmes produits toxiques  et cancérigènes que ceux que le fumeur inhale. Les enfants exposés régulièrement à la fumée secondaire courent 50 pour

cent plus de risques de présenter des lésions pulmonaires et de souffrir de problèmes respiratoires comme l’asthme.

Lorsque vous respirez la fumée secondaire, vous êtes plus  vulnérable au cancer du poumon, aux problèmes cardiaques et respiratoires, et à l’irritation des yeux, des poumons et de la gorge.

 

 

QUESTIONS COURANTES SUR LE TABAGISME DURANT LA GROSSESSE

Je fume seulement quelques cigarettes par jour. Dois-je arrêter quand même ?

Oui. La fumée du tabac est toujours néfaste pour vous et  votre bébé. Plus tôt vous cesserez de fumer complètement, mieux ce sera.

 

Est-il vrai que certaines mères qui fument donnent naissance à des bébés en bonne santé ?

Oui, mais elles ont de la chance. Le tabagisme durant la grossesse est une loterie qui met en danger votre enfant.

 

Est-ce que je vais prendre plus de poids si je cesse maintenant ?

Il se peut qu’en cessant de fumer vous soyez tentée de manger davantage pour compenser l’habitude de porter la cigarette à votre bouche. Mâcher de la gomme sans sucre pourrait vous aider. Et si vous prenez quelques livres, ne vous inquiétez pas. Si vous faites de l’activité physique et bébé. Vous vous sentirez également beaucoup mieux d’avoir donné à votre bébé le meilleur départ possible dans la vie.

 

Est-ce que je peux fumer après la naissance de mon bébé ?

Il est préférable, pour votre santé et celle de votre bébé, de ne pas fumer. Si vous recommencez, vous faites subir à votre bébé les risques de la fumée secondaire, en plus de

mettre en péril votre propre santé. En ne recommençant pas, vous protégez tous les deux des effets néfastes de la fumée du tabac.

 

Comment arrêter ?

Certaines personnes trouvent plus facile d’arrêter quand elles ont fixé une date précise. Ce jour-là, jetez tout : cigarettes, briquets, allumettes et cendriers. En prévision de cette journée, réduisez le nombre de cigarettes quotidiennes.

Déterminez un nombre maximum et respectez-le. Si vous avez envie de fumer, mâchez de la gomme, mangez un morceau de fruit, appelez un ami ou allez marcher. Les groupes de soutien pour cesser de fumer peuvent aussi vous aider.

 

 

 

 

  1. La santé buccodentaire

Lorsque vous êtes enceinte, il est très important de prendre soin de vos dents et de vos gencives. Les changements hormonaux qui interviennent durant la grossesse augmentent les risques de problèmes périodontaux (gencives et os). Une mauvaise santé buccodentaire peut également affecter le développement de votre bébé.

 

FAITS IMPORTANTS

Les femmes enceintes qui ont des problèmes périodontaux courent plus de risques de donner

naissance à un bébé prématuré ou de faible poids

Les bébés prématurés ou de faible poids présentent une incidence plus grande de complications développementales, d’asthme, d’otites, d’anomalies congénitales, de troubles

comportementaux et de décès en bas âge.

 

Une bonne alimentation est importante pour votre santé buccodentaire

Elle contribue aussi à la solidité des dents et des os de votre bébé. Durant la grossesse, vous devez consommer certains aliments en quantité suffisante, afin de vous assurer d’un apport suffisant de calcium, de vitamines A, C et D, de protéines et de phosphore. Les multivitamines peuvent aider.

 

 

Pour prévenir et déceler les maladies périodontales, consultez régulièrement votre dentiste pour un examen et un nettoyage

Au cours du premier trimestre, faites faire un nettoyage de vos dents et une évaluation de votre santé buccale. Si vous avez besoin de soins additionnels, il est préférable de les faire

faire pendant le deuxième trimestre (du quatrième au sixième mois). Par ailleurs, les radiographies dentaires ne devraient être effectuées qu’en cas d’urgence.

 

Les vomissements matinaux peuvent causer la carie dentaire

Les dépôts d’acide abdominal sur les dents peuvent en endommager la surface et favoriser la carie dentaire. Si vous vomissez, rincez-vous la bouche le plus vite possible avec de l’eau ou un rince-bouche fluoré.

 

 

QUESTIONS COURANTES SUR LA SANTÉ BUCCODENTAIRE

Est-ce que manger entre les repas risque d’endommager mes dents ?

Non. Les collations entre les repas peuvent aider les  femmes enceintes à répondre à leurs besoins nutritionnels  quotidiens. Essayez simplement d’éviter les collations sucrées,

molles ou collantes riches en glucides et en sucre. Et n’oubliez pas de vous brosser les dents après avoir mangé, pour prévenir la carie.

 

Est-ce que les radiographies sont sécuritaires durant la grossesse ?

Lorsque vous êtes enceinte, il est préférable d’éviter les radiographies dentaires de routine. En cas d’urgence, cependant, la radiographie peut s’imposer. Dans ce cas, votre dentiste

placera sur votre abdomen un tablier de plomb qui protégera votre bébé de l’exposition aux radiations.

 

Mes gencives saignent souvent. Pourquoi ?

Les changements hormonaux liés à la grossesse peuvent rendre les gencives plus sensibles aux bactéries qui se logent à la jonction des dents et provoquer leur inflammation. Vos gencives deviennent alors rouges, enflées et plus susceptibles de saigner. La « gingivite de grossesse » apparaît souvent entre le troisième et le neuvième mois. Si c’est le cas, brossez-vous délicatement les gencives, à la hauteur des dents. Ce problème disparaît généralement après l’accouchement. S’il persiste, consultez votre dentiste.

 

On dit qu’une femme perd une dent par grossesse. Est-ce vrai ?

Non. Le calcium nécessaire au développement des dents de votre bébé provient de ce que vous mangez, non de vos propres dents. Si vous ne consommez pas assez de calcium pour répondre aux besoins de votre bébé, votre corps ira puiser ce minéral dans vos os. En consommant suffisamment de produits laitiers et, au besoin, en prenant un supplément de calcium, vos os ne courront aucun risque.

 

 

 

 

 

  1. La santé émotionnelle

FAITS IMPORTANTS

Une femme sur dix souffre de périodes dépressives durant la grossesse

Apprenez à reconnaître les signes et symptômes de la dépression et appelez votre médecin si vous vous sentez déprimée.

Lorsque vous êtes enceinte, vos pensées et sentiments vont du bonheur et de la plénitude — « J’ai tellement hâte de tenir mon bébé dans mes bras », « Je vais être une mère extraordinaire » — à l’angoisse et au stress — « Est-ce que je vais réussir à retrouver ma taille ? », « Est-ce que mon salaire va suffire à élever

 

 

 

 

 

 

Vous avez besoin de repos

Lorsque vous êtes enceinte, votre corps travaille fort, 24 heures sur 24. Si vous êtes fatiguée, reposez-vous. Installez-vous les pieds surélevés et faites une sieste ou une pause. Vous vous sentirez mieux, physiquement et mentalement.

 

L’activité physique et une bonne alimentation aident à stabiliser les humeurs

Assurez-vous de manger suffisamment pour nourrir votre bébé. Mangez régulièrement — ne sautez pas de repas — et buvez beaucoup d’eau. Vous avez aussi besoin d’activité

physique. Faites une promenade ou quelques longueurs de piscine : vous vous sentirez revigorée.

 

Évitez les sources de stress

Si certaines personnes ou situations vous causent du stress, évitez-les autant que possible. N’acceptez pas de nouvelles responsabilités au travail ou dans votre entourage. Même

quand tout va bien, une surcharge de travail provoque du stress. Apprenez à dire « non ! »

un bébé ? » Ce genre de pensées est normal. Vos humeurs suivent vos changements hormonaux et corporels. C’est pourquoi votre santé émotionnelle est plus importante que jamais !

 

 

QUESTIONS COURANTES SUR LA SANTÉ ÉMOTIONNELLE

Je passe du rire aux larmes en un rien de temps. Pourquoi suis-je d’humeur si changeante ?

Les changements d’humeur sont normaux durant la grossesse. La grossesse déclenche la production de diverses hormones. Ces hormones peuvent influencer les substances chimiques du cerveau (appelées neurotransmetteurs) qui contribuent au contrôle de l’humeur. Certaines femmes connaissent des sautes d’humeur tout au long de leur

grossesse, mais celles-ci sont plus courantes entre la sixième et la dixième semaine, puis de nouveau au cours du troisième trimestre lorsque le corps se prépare pour l’accouchement.

 

Est-il prudent d’avoir des relations sexuelles ?

À moins d’indication contraire de votre médecin, les relations sexuelles durant la grossesse ne posent aucun problème ni pour vous ni pour votre bébé. Elles ne peuvent ni blesser votre bébé, ni provoquer une fausse couche. Il se peut que vous ayez davantage envie d’avoir des

relations sexuelles qu’avant votre grossesse. Par contre, il est tout aussi normal d’avoir des envies moindres. La plupart des couples reprennent une vie sexuelle active durant la première année de vie de leur bébé.

 

Suis-je déprimée ?

Il se peut que vous le soyez. Si vous éprouvez au moins quatre des symptômes suivants durant plus de deux semaines ou si l’un de ces symptômes vous tracasse particulièrement, consultez votre médecin ou tout autre professionnel de la santé :

‡. problèmes de concentration

‡. anxiété

‡. irritabilité intense

‡. sautes d’humeur fréquentes

‡. problèmes d’insomnie

‡. grande fatigue

‡. tristesse persistante

‡. manque d’intérêt pour les choses qui vous tenaient à cœur

‡. sentiment que la vie n’a plus rien d’agréable

‡. changement important de l’appétit (augmentation ou diminution)

 

 

 

 

 ce guide vous est recommandé par le site : shopallbaby.fr

0 commentaires

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés